38 bis, Avenue de La Marne56100 LORIENT

09.00 - 17:00Lundi -Samedi

02 97 64 20 01

Un timide soleil caressait les vitres jouxtant le jardin extraordinaire

Remue-ménage aux Hespérides ce jeudi, dernier jour de janvier, dans la grande salle apprêtée du restaurant des Hespérides : Un à un, les résidents arrivent et en un clin d’oeil, découvrent les tables joliment dressées, sets roses et pistache, bouquets de jonquilles de-ci de-là, en même temps que le jardin extraordinaire de notre résidence, pour ce rendez-vous avec nos musiciennes « les Copines du Mardi »

qui sont là pour tirer avec nous la galette des Rois.

Un timide soleil est apparu après une matinée pluvieuse, mais sitôt les stores baissés, il s’est empressé de mettre les voiles, c’est comme ça, si on ne veut pas de lui, il se fait ombre : normal. Aux beaux jours, sur nos plages sableuses bretonnes, est-ce qu’il n’est pas désiré de tous les pores de nos estivants ? et il est là, bien présent … et nos peaux sont déjà bien brunies dès le mois de mai.

Ce pâle soleil hivernal n’a pas empêché les camélias de fleurir, rouge, mauve, rose, orange, blanc, pour le plaisir des amoureux de notre jardin extraordinaire. Le mimosa ne cesse de flirter avec le ciel, jaloux de son voisin le cèdre majestueux qui lui dérobe une part de bleu. Les feuilles découpées et bien vertes du chamérops – variété de palmier répandue dans notre ville de Lorient – doivent leur vigueur aux chauds mois d’été .

A l’intérieur, c’est l’effervescence, ce sont les dix accordéonistes qui sont en train, dans la gaieté, d’ajuster les bretelles de leur piano, avant de nous embarquer, avec Joëlle et Annick, dans une ronde de chansons entraînantes, en commençant par la rigolote « Elle lisait le P’tit Parisien » suivie de la « Valse brune » évoquée par Charles Trenet dans « Le Jardin Extraordinaire »

https://www.youtube.com/watch?v=Z7H57p1HNbY

et de la « Valse mexicaine » où l’on se tape dans les mains avant de tourner …

Et puis de « Fanny de Lanninon » la « bonne amie de  Jean Bouin notre brigadier« , ensuite nous voici dansant breton en chantant à tue-tête « Change-Tu, Madeline, Madeline« , avant de terminer sur l’incontournable « Nini Peau de Chien à la peau douce, aux taches de son, à l’odeur de rousse … » qu’on aime bien, tout comme les filles « du Pays d’Arvor aux prunelles câlines » de Théodore Botrel.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_Botrel

Et entre deux chansons, nous dégustons la galette, en nous désaltérant de cidre, et des couronnes apparaissent sur les têtes élues, en particulier celles de notre couple royal : Martine et Jean-Gwenaël,

nos jeunes et fidèles conducteurs lors de nos escapades à la belle saison.

 

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.