38 bis, Avenue de La Marne56100 LORIENT

09.00 - 17:00Lundi -Samedi

02 97 64 20 01

La Tchatche du Ponant de mai 2021

La une :

La 2ème page :

La Tchatche du Ponant de mars 2021

Quelques extraits du verso :

FABULEUX VOYAGE

Sur une proposition faite par la Chambre de Commerce de Bretagne, pour un voyage à travers le monde, je suis partie seule, mon mari s’étant désisté.

De Lorient en covoiturage avec deux autre voyageurs jusque Paris/Orly, nous avons embarqué- nous étions une dizaine de Bretons – direct Moscou où nous attendait un paysage blanc de neige; à peine le temps de goûter le dépaysement, nous avons repris l’avion direction le Japon : si vous voulez tourner le dos à votre routine, consultez avec moi une carte du monde, et vous réaliserez quelle distance nous avons parcourue pour arriver à Vladivostok, j’ai cru n’y jamais parvenir, cette Sibérie immense que je voyais de mon hublot me paraissait sans fin, quelques îlots de verdure par-ci par-là, et du sable à l’infini.`Mais ce n’était pas fini.Suivez-moi, s.v.p. Nous voici maintenant à Tokyo,puis en Chine à Macao, à Hong Kong, ensuite en Thaïlande à Bangkok. Puis ce fut l’Inde, et enfin Israël d’où nous décollâmes pour rejoindre Paris.Attentive à la faune, je garde, entre autres, le souvenir de la présence de rats au Japon, et de vipères à Bangkok. Les escales furent brèves,j’apprécie d’avoir vu tant de visages différents, tant de variétés d’habillement, goûté à tant de plats exotiques – mais attention, pas de fourchette pour remplacer les baguettes : si vous ne voulez pas mourir de faim, le mieux est d’apprendre à s’en servir ! C’était formidable …

Suite de l’histoire de Jean, le tambour-major

Ses permissions et sa démobilisation lui ont permis d’avoir cinq enfants – 4 filles, dont ma grand-mère Juliette – et un garçon … Je peux vous dire qu’il n’était pas républicain, car disait-il « votre République, je ne la connais pas, moi l’Empereur m’a serré la main ! » Aussi sur ses vieux jours,quand il prenait le frais les soirs d’été, les gamins du hameau venaient crier « Vive l’Empereur »,ce qui leur valait quelques bonbons, et les coquins …repartaient en criant «Vive la République, vive la République!» Jean alors les menaçait du bâton, mais ses pauvres jambes ne lui permettaient pas de faire plus. Je pense que c’était devenu un jeu entre eux.Ainsi s’achève l’histoire du Pépé Tambour-Major,mon arrière-grand-père. L’auteure a ajouté :… Sur le plan technique, je peux vous dire que les gestes – au nombre de 7 – accomplis par le Tambour-Major n’étaient pas un jeu, mais permettaient à la troupe, par l’intermédiaire des tambours, de faire ce qu’il fallait : attaquer, se replier, etc …

… Pendant la guerre, ce poste était très dangereux,car l’uniforme bleu et rouge de mon arrière-grand-père se repérait de loin, et il était souvent un des premiers à tomber …

Sophrologie-Avis d’une adepte

Sophrologie. Avis d’une adepte.

On ne commande pas les émotions, mais ce qu’on en fait, la sophro m’a appris à gérer : si chaque séance hebdomadaire est suivie d’une détente profonde, la pratique quotidienne me vaut plus de présence dans l’instant, plus de cohérence dans la tête, dans les gestes, et un sommeil amélioré qui prépare à un bon réveil. Et tout cela, malgré, malgré … (l’âge, les maux, les limites, les incapacités …)

La tchatche du Ponant février 2021

By 21st février, 2021 Presse No Comments

Le 2ème numéro est paru en temps voulu avec le concours de nouveaux rédacteurs. Ci-après la 1ère page

et la 2ème page

La Tchatche du Ponant

Ce titre est celui donné à un périodique papier qui est rédigé par des résidents sur n’importe quel sujet et qui pourra, ainsi, mensuellement donner des nouvelles de ce qui se passe aux Hespérides à tous les résidents.

En voici quelques extraits :

Un mot du directeur :

Chers résidents,

L’année qui vient de s’écouler nous a réservé son

lot de questions et de défis.


Après une année passée si particulière, votre santé

et votre bien-être sont, plus que jamais, au coeur

de mes préoccupations. J’ai pu maintenir la plupart

de nos animations, grâce au respect par tous des

contraintes imposées par la crise sanitaire.

C’est pourquoi, je vous remercie de la bienveillance

de chacun au sein de la résidence des Hespérides ..

Aussi je vous souhaite une nouvelle année 2021

douce, sereine et apaisée et bien entendu un retour

progressif à notre vie normale.

Meilleurs voeux sincères à vous et à vos proches,

Cordialement,

Philippe JACQUEL

ou encore un message de la sophrologue :

Nous avons inséré aussi des exercices extraits des Remue-Méninges de 2020 avec leurs corrigés ce qui apportera une distraction aux résidents qui n’ont pas pu y assister. Nous avons ajouté des dessins humoristiques en provenance du Canard enchaîné comme celui-ci :

et bien d’autres articles encore tels que l’étude d’un des ouvrages qui a tourné en décembre parmi les lectrices d’ “Autour d’un livre” ou encore une photo des gymnastes qui ont remplacé une séance par une mini croisière dans la rade de Lorient.

Nous espérons poursuivre mensuellement la publication de la Tchatche du Ponant, avec la collaboration d’un grand nombre de résidents.

A suivre donc …

Vous n’êtes pas tenus de le croire, mais ça va aux Hespérides…

Vous n’êtes pas tenus de le croire, mais ça va aux Hespérides…Et nous voilà toujours masqués, tenus d’imaginer le sourire de chacun, et de deviner ce que révèlent les regards.

Tenus de respecter la distanciation tout en restant proches, et … de bousculer nos habitudes en faisant appel à nos capacités d’adaptation.

Nous avons dû annuler notre rendez-vous “chansons”, pris à notre fête de la Chandeleur, aux Hespérides, pour “le 31 du mois d’août”, pour des raisons de prudence étendues à toutes les animations qui font le sel de notre résidence.

Personne n’est tenu d’assister à ce qui se passe en nos murs, mais l’été nous ayant offert de nombreuses journées ensoleillées, de nombreux résidents ont pu jouir de notre jardin extraordinaire qui, d’autre part, reçoit hebdomadairement, dès qu’il fait beau, les adeptes de la gym et de la sophrologie.

Les séances animées de remue-méninges ont également occupé une partie de nos après-midis, nos neurones n’aspirant qu’à être sollicités sous formes de jeux de toutes sortes.

Et aux Hespérides, le coeur est à la chanson : quand nous enlevons nos masques, et redécouvrons le sourire sur chacun de nos visages en élevant nos voix, c’est fascinant la façon dont un moment de chant nous lie. Chacun là, face à ses propres problèmes qui se dissolvent dès qu’on est ensemble. C’est tout ce qui compte. Nous chantons avec simplicité, des textes qui laissent des mots sur la musique, émotions et espoirs mêlés … Paul aussi, était présent quand sa santé le lui permettait, pour nous apprendre une chanson dont il est l’auteur (musique et paroles).

Les amatrices de lecture se sont retrouvées mensuellement, autour d’échanges souvent passionnés.

Les joueurs de belote se réunissent régulièrement, une à deux fois par semaine. Et ce, contrairement aux joueurs de bridge qui ne se réunissent plus, car la plupart venaient de l’extérieur pour affronter nos seniors dont Marie-Antoinette, une de nos centenaires.

Une sortie en minibus prévue en septembre à Rochefort-en-Terre a été annulée par mesure de précaution.

Arlette ayant fait une chute malencontreuse, s’est cassé le genou; appuyée par son médecin, elle a pu bénéficier chez elle, – ici aux Hespérides – de tous les soins nécessaires à la guérison, et en fait, a pu profiter de notre jardin extraordinaire, et assister à toutes les animations, aidée par tous. Arlette marche de nouveau, hourra … et le sourire qui ne l’a jamais quittée, est sa deuxième peau.

Notre directeur, Philippe Jacquel était en congé ce mois de septembre, pour avoir accumulé des jours à rattraper. On a survécu … Il nous revient toujours plein de couleurs de vacances … et d’humanité !

Entretemps, l’automne a succédé à l’été qui cette année, ne tenait pas à faire d’heures supplémentaires. Ses couleurs aux tons de cucurbitacées,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cucurbitaceae

les feuilles tourbillonnantes, les rafales de vents méchants, une tempête alerte rouge sans effet chez nous – sauf crainte d’envol du parasol – ont déjà bien meublé notre calendrier.

L’événement le plus marquant de ces derniers mois a été le départ en retraite de notre Christine, qui a tenu à le fêter en notre compagnie, où ? Mais dans notre “jardin extraordinaire” ! Mr Jacquel et son personnel, présents, nous avaient concocté une réception chaleureuse : des tables disséminées sur les espaces appropriés, dressées coquettes, où des bouteilles de bulles côtoyaient les verres étincelants joliment alignés : une promesse de réjouissances de becquetance variées au goût de tous et de chacun, qui invitent à la griserie partagée, sous un soleil matinal déjà bien généreux. Mon Dieu ! comme ces moments de solidarité à trinquer ensemble et à déguster ces délicieux amuse-bouches, laissent sur nos visages “fatigués” une aura de bonheur et de bonne humeur ! : yeux qui pétillent, joues qui rosissent, langues qui se délient et racontent, oreilles qui captent, mains qui se dénouent, tout respire la joie … Merci Christine de nous avoir offert cet événement convivial : cet au revoir que vous avez fêté avec nous, représente une sorte de libération pour vous qui allez maintenant jouir de votre temps retrouvé. Vous nous avez présenté votre petite-fille Lola :

profitez bien chère Christine du bonheur d’être une jeune grand-mère, … et tous nos souhaits à vous, pour tous les bons et grands moments que la vie vous réserve ! … “La chanson de l’Amitié” écrite et composée par Françoise Hardy, chantée par tous, a clos cette matinée applaudie. Notre jeune retraitée est repartie avec une superbe composition florale,

et un recueil de témoignages de notre reconnaissance, signés de tous, qu’elle relira peut-être avec émotion, et … un sentiment de nostalgie !

Eric, chargé de la tenue de “notre jardin extraordinaire“, préoccupé de l’élagage de quelques arbres, et désormais présent dans nos murs tout au long des jours ouvrables, nous a offert de pleins paniers de pommes de son jardin.

merci d’avoir satisfait notre gourmandise de descendants d’Adam et Eve …

Vous n’êtes pas tenus de nous croire, mais aux Hespérides, nous allons bien …

Remue-Méninges a repris après le déconfinement partiel

Précision: en cette période inédite où des précautions sanitaires sont à respecter, seuls les résidents des Hespérides ont la possibilité de participer aux rencontres. Cependant, les quelque 15 non-résidents fidèles à l’activité depuis sa mise en place, ne sont pas oubliés ! L’animatrice, Marcelle, leur transmet – via Internet – exercices et corrigés. Cette animation autour des mots et autres, à distance, tout en donnant aux personnes qui le souhaitent, la possibilité de pratiquer une “gymn de neurones”, permet aussi de conserver des liens amicaux. 
Séance du lundi 6 juillet en présence des résidents :

Compléter la citation à l’aide des mots suivants (verbes ou noms précédés d’un article) :

attendre ; apprendre ; danser ; les orages ; La vie.

« – – – – – – – – – – -, ce n’est pas – – – – – – – – – – que – – – – – – – – – – passent ; c’est – – – – – – – – comment – – – – – – – – – sous la pluie »
__________________________________________________________________
Échauffement des neurones.
I / À partir de la suite « naturelle » de nombres : 0 ; 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 ; 7, trouver comment constituer la suite de nombres suivante : 1 ; 2 ; 5 ; 10 ; 17 ; 26 ; 37 ; 50

( un conseil : soyez un observateur «  ordonné » et . . . « carré » !) ________________________________________________________

II / En utilisant une seule fois chacune des 26 lettres de l’alphabet, retrouver les treize mots contenus dans la grille.
Remarques : plusieurs solutions peuvent vous sembler possibles ; cependant la solution est unique ; une même lettre peut figurer plusieurs fois dans un même mot ;
pour vous aider : la 1è lettre de l’alphabet doit apparaître dans la 9è ligne ; la 26è lettre dans la 7è ligne. Et quelques définitions de mots à trouver : « c’est la pagaille ! » ; « une gourmandise » ; « on y danse »   ; « un déclenchement » .

. . B R . . N
/ . A . A R /
. A N . I E R
/ . A T A L /
/

I D E U .
/ / . N I O N
. R A . E . E
. R O . N I E
/ . U . T R E
D A . C . N .
/ D E C . I .
E . C A L E /
/ / S O U .

/

_______________________________________________________

Retrouvons des VILLES françaises, en utilisant deux lettres qui se suivent dans chacun des mots proposés :

1) ROBE ;  SAUT ; LANÇA ; ONDE > – – – – – – – –

2) LAME ; PIED ; DANS  > – – – – – –

3) REPOS ; RITE ; CRAIE ; HERSE > – – – – – – – –

4) LAQUE TRIBU CERF BÂTON > – – – – – – – –

Pour vous aider, des précisions (dans le désordre) sur ces villes : région Nouvelle-Aquitaine, département de la Vienne ; région bourgogne Franche-Comté, département du Doubs ; région Bretagne, département du Morbihan ; région des Hauts-de-France, département de la Somme.


CONNAISSANCE DE LA LANGUE FRANÇAISE

Relever et corriger les ERREURS contenues dans le texte qui suit (concocté par l’animatrice)

Quand je rêvais du déconfinement, je me sentais curieusement tiraillée. Dire que cela tournait à un cruel dilemne, serait exagéré. Néanmoins, mon côté Don Quichote m’entraînait chez les cavaliers du Kazakhstan, https://fr.wikipedia.org/wiki/Kazakhstan , les Papous de Nouvelle-Guinée, ou les arborigènes d’Australie, tandis que mon côté Sancho Pancha me poussait à m’imaginer au restaurant Castel Clara de Belle-Île-en-Mer https://www.castel-clara.com/fr/page/restaurant-gastronomique-belle-ile-en-mer.2.html devant des montagnes de fruits de mer, des maigrets de canard, des plâtrées de cèpes odorants, d’un énorme far breton … Cependant, je ne me suis pas laissée obnibuler longtemps par ces images de grandioses périgrinations ou de bonne chère.

Je me suis contentée de plaisirs plus frustres qui m’évitaient tout souci pécunier. Fidèle à mes pénates habituelles, j’ai ressorti tranquillement mes livres, mes CD, mes DVD, et me suis préparé des repas simples et équilibrés. De toute façon, quand on est moyennement rénumérée, il vaut mieux essayer de trouver le bonheur chez soi !