38 bis, Avenue de La Marne56100 LORIENT

09.00 - 17:00Lundi -Samedi

02 97 64 20 01

Chaque occasion d’évasion est la bienvenue aux Hespérides de Lorient

Bienvenue, ce jeudi 6 juin 2019, nous voici sous la protection ô combien rassurante de Martine et Jean-Guenaël, nos conducteurs, à destination de Josselin sur cette route Lorient-Rennes baignée de verdure et rehaussée de tons d’or des genêts résolus à poursuivre leur floraison printanière, et de quelques timides digitales.

Aux abords de Baud, des nuages éplorés annoncent la pluie qui nous tombe, à l’entrée de Josselin, aussi cinglante que fugace, pour livrer un ciel joliment moutonné faisant la part belle à la luminosité : bienvenue à sa majesté le Soleil qui va gentiment nous accompagner tout l’après-midi.

Bienvenue aussi à Josselin, ville de caractère, remarquable,  où nous longeons l’Oust situé sur le canal Nantes-Brest, sous les remparts imposants du château, et l’impressionnante hauteur des murs de granit couverts de mousse et de plantes sauvages.

A « La table d’O« , nous sommes également les bienvenus : trois tables rondes et accueillantes qui laissent par leur apprêt, présager de la qualité des mets, attendent les 17 convives des Hespérides; et de la terrasse, trois tourelles du château déjà s’offrent à notre vue.

Promesse tenue : après dégustation du traditionnel kir, nous sont offerts :

Rillettes de Truite et Chiffonnade d’Endives aux Agrumes, Parmentier de Canard au Miel-Epices, Tiramisu Café Speculoos

nous trouverons le tout délicieux, créatif, savoureux, raffiné …

les compliments affluent, et nous voilà requinqués pour une visite programmée du Château, précédée d’une promenade dans le jardin : le magnifique massif de fleurs : roses prestigieuses, parfumées, toutes plus belles les unes que les autres, et digitales blanches et violettes qui se dressent effrontées, nous souhaite la bienvenue. De nombreuses espèces d’arbres, chênes, cèdres, séquoias … agrémentent le parc aux allées accueillant une foule de promeneurs, chaises et bancs tout aussi recevants.

 

Notre guide, jeune femme passionnée, nous accompagnera, après que nous ayions admiré ensemble la somptueuse façade Renaissance bretonne, en granit sculpté du château, en nous entretenant de l’histoire des Ducs de Rohan, dans les salles fastueuses aux proportions parfaites : sols en mosaïque, planchers moelleux, mobilier, peintures, bibliothèque aux 3.000 livres, etc … en font un ensemble digne du patrimoine global que nous devons à la richesse des seigneurs.

Le centre de la ville, entre le château et la basilique, est constitué de demeures médiévales à colombages, et de maisons en pierre. Des crêperies bretonnes s’ouvrent à la gourmandise. Les rues pavées évoquent les fiacres a-l-l-a-n-t  t-r-o-t-t-i-n-a-n-t. La Basilique Notre-Dame-du-Roncier, https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Notre-Dame_du_Roncier également église paroissiale, abrite les gisants d’Olivier de Clisson, connétable de France, et de sa femme Marguerite de Rohan.

Comme il y a toujours une légende qui s’attache à un lieu saint breton, il s’agit ici d’un laboureur qui, en 1808, trouva dans les ronces, une statue de bois qui permit à sa fille aveugle de naissance, de recouvrer la vue. Une chapelle, une église, puis enfin une basilique furent construites à l’endroit de cette découverte.

Attenant au bureau d’accueil du château, se trouve une salle d’exposition dénommée « Le Musée de la Poupée » dont l’histoire récente est la suivante :

« Il y a plus de 30 ans, Antoinette de Rohan découvre dans le grenier du château la collection de poupées commencée à la fin du 19ème siècle par Herminie de Rohan, l’arrière-grand-mère de son époux, Josselin de Rohan.

Il lui faudra plusieurs années pour inventorier et compléter cette collection, en rechercher les origines, les particularités, les histoires de toutes ces poupées jusque-là rangées dans des armoires. Enfin, en 1984, Antoinette de Rohan ouvre le Musée avec des centaines de poupées, la plus ancienne datant du 17ème siècle. Peu à peu,  la générosité de très nombreux donateurs contribura à enrichir la collection familiale de nouvelles poupées, de jouets, de jeux, ce qui permettra, à partir de 1988, la présentation d’expositions temporaires, variées et ludiques, consacrées chaque année à un thème différent.

La collection Rohan qui est considérée aujourd’hui comme la plus importante collection privée de poupées et de jouets de France, compte actuellement près de 5000 pièces, en particulier une large collection de poupées en costume breton, et de jouets, jeux de société, maisons de poupées, dînettes, animaux, trains, avions… « 

En déambulant dans ces salles, nous avons pu rêver aux poupées que nous avons eues ou pas, dans notre enfance, et admirer celles qui ont, telle la poupée Barbie, aux innombrables panoplies, fait fantasmer nos jeunes adolescentes s’imaginant ainsi, déjà dessinatrices de mode, ou même pourquoi pas … mannequins.

Sous un ciel pommelé ensoleillé, nous voilà sur le chemin de retour, retrouvant comme à l’aller, entre Josselin et Locminé, la présence d’une vingtaine d’éoliennes, tournant tranquillement leurs pales, sans pour autant saturer l’horizon. Et devant nos yeux ébahis, s’étale un édifice de nuages aux agencements savamment élaborés, comme si un architecte avait créé pour nous une antichambre du paradis aux formes extravagantes, à la manière d’un Dali. Merveilleuse nature !

Nous rentrerons aux Hespérides, d’une fugue qui aura duré quelques heures emplies d’une infinité de trésors.

Double merci à nos généreux conducteurs qui ont suggéré cette sortie bienvenue.

 

 

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.