38 bis, Avenue de La Marne56100 LORIENT

09.00 - 17:00Lundi -Samedi

02 97 64 20 01

La vie aux Hespérides « Autour d’un livre » se lit comme un roman !…

« Léna » de Virginie DELOFFRE : Un étonnant premier roman où tout est dit de l’âme russe, paysans dans leurs kolkhozes, exilés dans la toundra, citadins entassés dans leurs appartements communautaires, qui tous ont pour ligne d’horizon l’envol et la conquête spatiale comme un Eldorado collectif et puissant.

C’est aussi un beau voyage littéraire en compagnie de quatre personnages qui nous offrent un condensé du peuple russe, à travers un épisode de son Histoire.

La mère de Léna était issue d’une tribu d’esquimaux – les Nénetses – éleveurs de rennes. Ses parents s’étant noyés en pêchant dans de la glace trop fragile, Léna est recueillie par une parente, Varvara, une femme accrochée à son vieux rêve communiste qui héberge Dimitri, un géologue moscovite, un taiseux rêveur mis sur la touche pour ses idées dissidentes et relégué dans les années soixante par la Sécurité de l’Etat, dans une baraque paumée du Grand Nord.

Léna vivra, en leur compagnie, une enfance heureuse, mais une fois mariée à Vassili, elle restera comme cristallisée dans l’attente, et en même temps, cultivera son absence comme une promesse d’avenir pour les Russes.

Vassili, pilote d’aviation, finit par voir son rêve réalisé : il est sélectionné pour faire partie de l’équipe de la mission qui rejoindra la station Mir, cette expérience unique vécue par quelques privilégiés.

Léna tire sa patience de sa Sibérie natale et de l’affection toujours renouvelée de Varvara et Dimitri, avec lesquels elle entretient une correspondance abondante, mais toujours le même questionnement obsessionnel l’habite et la tracasse : « Que vont donc chercher les hommes dans l’espace ? – Pourquoi ceux qui reviennent, ont-ils tous le même vide au fond des yeux ? »

Nous lui espérons, ainsi qu’à son mari, une fin heureuse.

« Complètement cramé » – LEGARDINIER

« S’il n’y avait pas les hormones, on resterait entre garçons à faire les imbéciles avec des vélos, des pistolets, des motos ou des yaourts. On trouve toujours des jouets. Et heureusement qu’elles sont là, les hormones, parce qu’elles nous poussent vers les seules créatures (nous les femmes !), capables de faire de nous autre chose que de profonds abrutis ».

C’est un extrait de ce livre, classé dans les « feel good book » et « humour » « Un roman à la gloire de la subtilité et du flegme britanniques, et une comédie de moeurs divertissante« , dit ActuaLitté.

On ne pouvait pas le snober aux Hespérides ! On suppose qu’ici, comme ailleurs, on est nombreux à avoir subi des changements dans notre vie.

Or Mr Legardinier nous a toutes scotchées, avec ce héros tendre et attachant qui est un peu l’ami que l’on aimerait avoir auprès de soi, pour retrouver le sourire et l’espoir dans les moments difficiles de notre vie.

Aussi, si vous ne supportez plus votre quotidien

si vous avez perdu foi en vous

si vous déprimez sans raison valable

si vous êtes fâché avec votre tête

si le percepteur vous menace

si vos enfants vous agacent

si vous agacez vos enfants,

mélangez-vous avec ceux qui connaissent les mêmes soucis, et ça fera un cocktail de bonne humeur, de dérision, et de sourires retrouvés.

« Le roman de Sophie Trébuchet » – Geneviève DORMANN

Le style naturel et espiègle de Geneviève Dormann nous a à nouveau séduites dans ce récit de la vie de Sophie Trébuchet :

Elle avait vingt ans sous la Terreur à Nantes.

C’était une jeune fille aux idées avancées.

Elle était royaliste mais épousa un capitaine républicain.

Alors qu’à Paris, sous le Directoire, elle rencontra l’amour fou en la personne du Général de la Horie.

Pour le retrouver, elle parcourut les routes de France, d’Italie et d’Espagne.

Imaginez les déplacements à cette époque : nous sommes loin des chevaux piaffant sous le capot de nos modernes voitures, et des kilomètres parcourus à l’envi, à un jet d’avion !

Comparez les accoutrements et les bagages encombrants d’une voyageuse en 1790, avec les tenues « in » faites de fibres modernes et ultra légères de nos années 2000 !

Mais cette femme ne vit pas que d’aventures : elle eut trois fils, dont le dernier s’appela Victor Hugo ! Waouh ! Quelle destinée ! Un vrai roman …

L’auteure nous laisse entendre que le père de Sophie Trébuchet étant mort lorsqu’elle avait douze ans, elle fut confiée à une tante qui développa son esprit curieux et son goût de la lecture et fera d’elle une personnalité forte, combative, qui rejaillira sur ses fils, en particulier Victor Hugo, et pour cela, nous la vénérons, tout en remerciant Geneviève Dormann de nous l’avoir fait connaître.

« Nagasaki » de Eric FAYE

C’est un natif de Limoges qui, épris du Japon et de sa culture, nous a entraîné dans une curieuse et bizarre cohabitation non consentie, une histoire originale teintée de nostalgie, où nous rencontrons un homme de 56 ans, météorologue, dont la vie est réglée comme une horloge, et une femme? mais est-ce une femme ou un fantôme ? Mystère !

L’auteur est passionné par le Japon et les Japonais, leur mode de vie; et certains traits de leur mentalité lui sont familiers. Il ressent, et nous fait ressentir leur mal-être lié aux différentes crises économiques et sociales qui secouent le pays, comme le troubleront l’année suivante, les retombées du tsunami et de la catastrophe nucléaire de 2011.

Il y est question de lieux où l’on a vécu, de souvenirs qu’on y a laissés, de la joie mêlée de crainte de redécouvrir les maisons, appartements, jardins où s’est jouée notre enfance.

On fuit tous quelque chose, on se chamaille avec nos peurs, mais ce roman bien écrit permet à votre imagination de surfer sur tous les possibles.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.