38 bis, Avenue de La Marne56100 LORIENT

09.00 - 17:00Lundi -Samedi

02 97 64 20 01

Karaoke de juin 2018

Des chansons dont les paroles sont gravées dans une mémoire dont la porte reste toujours ouverte » : si Jean-Pierre Darroussin le dit, les amateurs de KARAOKE des Hespérides à Lorient, eux, chantent avec joie la nostalgie :

Et je m’en vais clopin-clopant, Il n’y en a plus pour bien longtemps : Comment faire, comment faire ?, puisque Il n’y a plus d’après Que sont devenus les jours du temps qui passe ? : Alors Retiens la nuit, En chantant car :

Je n’aurai pas le temps, de Prendre un enfant par la main.

Je ne suis pas bien portant, Je suis malade : La maladie d’amour. Emmène-moi au bout de la terre : L’Amérique et Casablanca, La Californie, Alexandrie-Alexandra, à Mexico, des Cornouailles à l’Oural, à Vesoul,

 

On ira où tu voudras : A la claire fontaine  ! Sous les Ponts de Paris, à Joinville-le-pont, à La Chasse aux papillons, à Pigalle, aux Champs Elysées, chez Laurette, et Le jour où la pluie viendra, à la Madrague, Sous le soleil exactement … à Syracuse !!!

Un jour se lèvera et Avec le temps, J’irai jusqu’au bout de mes rêves … Pour la fin du monde …

On peut tout exprimer en chansons ! Aujourd’hui, la Nostalgie, demain La folle Espérance.

 

Tournoi hebdomadaire de bridge

Peu de monde ce mardi de mai au tournoi hebdomadaire de bridge qui réunit habituellement une vingtaine de joueurs dont une grande moitié venue de l’extérieur.

Nous n’étions que douze.

Mais on en a profité pour faire un Howell 3 tables bien sympathique avec des donnes riches en difficultés d’enchères et de jeu de la carte et qui donnaient lieu à beaucoup de commentaires. Il y a eu deux chelems trouvés et réalisés par 2 équipes. D’autres les ont réussis sans les demander. D’autres les ont demandés sans les réussir. C’est la glorieuse incertitude du Bridge ! Une bonne après-midi, en tous cas et l’on se quitte en attendant de se retrouver le mardi suivant.

Débats  » autour d’un livre  » d’avril

Voyage des Hespérides à Compostelle en compagnie d’Hervé BELLEC et de sa « Garce d’étoile »

Voici un périple semé d’humour sur le Chemin de Compostelle, qui donne envie de partir vers un ailleurs et de marcher, marcher, marcher … oui mais voilà, quand on est breton on croit que les chemins qui vont vers le sud sont des chemins qui descendent, alors que les montées, les haltes plus longues que prévues ont souvent freiné sa marche : eh oui ! sans pourtant qu’il ait envie de revenir sur ses pas, car on trouve de tout sur la route : des bistrots et des églises, des endroits, parfois hostiles où crécher mais souvent chaleureux – pas dans les paradous quand même – et des cailloux ! surtout des cailloux placés juste au-dessous des ampoules, exprès pour faire mal … Beaucoup de rencontres aussi, des gens sympas, des chiens qui ne le sont pas toujours, des compagnons partageant les demis pris au bistrot … et le même voeu ! en écrivant la sacro-sainte carte postale … Une étoile qui vous suit et ne vous lâche plus puisque notre pèlerin atteint Compostelle en dépit des périodes de doute, de solitude et de fatigue qui l’accompagnèrent.

Bravo à notre breton Hervé, successivement musicien, patron de bar et aujourd’hui professeur d’histoire-géographie dans un lycée de Brest.

 

 

« Dans la mer il y a des crocodiles » Louis GEDA

C’est un récit bouleversant qui narre la lutte pour survivre, d’un jeune garçon de 11 ans environ – il ne connaît pas son âge réel – que sa mère a lâché et abandonné pendant la nuit, lui permettant ainsi d’échapper à son sort tout écrit, celui des menaces de mort des tribus Pachtounes et Talibans sur leur ethnie Hazara. Nous voici donc en compagnie d’Enaiatollah fuyant son Afghanistan natal pour chercher asile en Europe. Il va bien sûr faire des rencontres multiples, de prédateurs entre autres, mais aussi, heureusement, de personnes bienveillantes qui lui permettront de traverser, au prix de nombreux risques, le Pakistan, l’Iran, la Turquie, puis la Grèce, et son odyssée va durer cinq longues années.

5 années ! c’est quand même moins long qu’Ulysse qui mit 10 années à revenir dans son île, mais lui, c’était pour retrouver sa Pénélope. Enaiatollah, lui, c’est la liberté qui l’attend, une liberté qui n’a pas de prix …

Nous avons quitté un moment nos Hespérides pour accompagner ce jeune afghan dans sa longue et périlleuse pérégrination, tout en lui soufflant encouragement et espérance d’une belle issue :

« Il faut toujours avoir un rêve au-dessus de la tête, quel qu’il soit, alors la vie vaudra la peine d’être vécue »

« Que ta vie soit aussi longue que celle des arbres ! »

Fait historique ou fiction, ce puissant récit aura largement épanché notre soif d’ailleurs.

 

Loisir cérébral : Remue-méninges d’avril 2018

Une partie du contenu de l’animation d’entrainement des neurones du jeudi 19 avril 2018 

« Echauffement » des neurones : A / Ecrire les expressions populaires correspondant aux définitions données ORALEMENT, sachant que toutes ces expressions contiennent un mot en commun (fleur) :

1) désigne ce qu’il y a de mieux, une élite 2) accorder un avantage, une faveur à quelqu’un 3) faire l’éloge de quelqu’un, le complimenter 4) être facilement irritable 5) être romanesque, sentimental.

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

B/ Observation, logique

A

..

B

E

..

G

H

..

J

K

..

L

Q

..

R

M

..

N

O

..

P

S

..

T

U

..

V

C

..

D

W

..

Z

ci-dessus : l’ensemble des volumes d’une encyclopédie. Combien de volumes faut-il déplacer ou intercaler au minimum pour que l’encyclopédie soit en ordre ? >> 1 2 3 4 5 6

Dictée Le printemps

Dans le calendrier romain, ancêtre du nôtre, le début de l’année civile coïncidait avec l’arrivée du printemps. Cela était sans doute au fait que, sortant de sa léthargie hiémale, c’est à cette époque- là que, depuis la nuit des temps, la nature annonce le renouveau. Dès la mi- mars, quoique les bulletins météo restent hésitants et quoique des gelées persistent, quelques signes avant- coureurs telles l’apparition des premières fleurs, les aubades matutinales des oiseaux, l’éclosion des bourgeons de marronnier nous font pressentir sa venue. Il faut pourtant patienter encore quelque temps. En effet, ce n’est que sitôt l’équinoxe vernal passé que, escorté du flamboiement des jonquilles, des iris, des mimosas et des forsythias flavescents, le printemps fait son entrée officielle.

NB : les mots ou expressions « en gras » sont l’objet de commentaires précis)

______________________________________________________________________________________________________________

Autour d’un livre aux Hespérides du 26 mars 2018

A « Autour d’un livre » ce mois-ci nous avons lu :

– « La petite-fille de Mr Linh » de Philippe Claudel, ce livre ayant par ailleurs été adapté au théâtre. Un grand-père obligé de quitter son pays – on suppose que c’est le Viet Nam – une terre qui s’éloigne, un bateau, une valise, ce vieil homme qui serre contre son coeur sa fleur de lotus, sa petite-fille, son seul trésor … C’est une histoire d’exil, de déracinement qui débouche sur la force de l’amitié et beaucoup d’humanité … Sous la plume affûtée de l’auteur, un régal !

– « Les amants désunis » de Anouar Ben Malek, écrivain, poète et journaliste franco-algérien d’expression française qui a fait un recueil de témoignages sur les tortures commises par l’armée et la police algériennes sur les manifestants, lors des émeutes d’octobre 1988 ... L’histoire d’amour magnifique que nous avons lue, c’est celle d’Anna, suissesse. Âgée, elle retourne en Algérie à la recherche de Nassreddine, avec qui elle s’était mariée 40 ans auparavant, et dont elle avait eu 2 enfants ensuite sauvagement assassinés par le FLN. Nous suivons avec elle les événements de la vie quotidienne de 1928 à 1998, qui représentent des périodes graves et inhumaines de notre histoire … Malgré la gravité de ces évocations, ce texte très poétique nous ouvre les voies de la tolérance.

Chaque mois, nous sommes une douzaine à nous réunir après lecture d’un ou deux livres que nous nous sommes partagés … Les rencontres sont vives, car littérature signifiant ouverture, nous trouvons dans le contenu de nos lectures, matière à discussions et évocations de nos vécus et de nos différences respectifs.                                        

Remue Méninges du 15 février 2018

By 14th février, 2018 Activité No Comments
  • Rencontre mensuelle.
  • Activité ouverte à toute personne désirant stimuler ses neurones (exercices inédits variés) et souhaitant soit revoir, soit approfondir ses connaissances en langue française (vocabulaire, orthographe : dictées).
  • Animation conviviale.

 

Jeudi 15 février

15h15

 

résidence les Hespérides du Ponant

38 bis, avenue de la Marne

Lorient

Gratuit

Téléphone: 02 97 76 16 87 / 07 77 37 56 51

Contact : oldjacques@orange.fr

http://www.hesperides-lorient.com/

Remue Méninges aux Hespérides – Janvier 2018

By 16th janvier, 2018 Activité No Comments

Invitation

Remue Méninges : activité récréative et culturelle

 

Animation ouverte à tous.

Lors des séances, les participants ont l’occasion d’élargir leurs connaissances générales en faisant vagabonder leurs neurones au travers de thèmes variés.

Ils peuvent également, grâce à la petite dictée inédite, revoir leur orthographe.

Jeudi 18 janvier

15h15

Résidence les Hespérides du Ponant

38 bis, avenue de la Marne

Lorient

Gratuit.

Contact : 02 97 76 16 87, 07 77 37 56 51

Email : oldjacques@orange.fr

 

Visiter les site des Hespérides du Ponant